dimanche 23 novembre 2014

one picture a day (#1)

J'aurai probablement dû commencé ce "projet" en janvier, histoire de mettre en place un challenge pour la nouvelle année (2015! mon dieu)
Mais j'avais envie de le commencer maintenant! Alors pas vraiment d'explications, ni de descriptif, juste 7 photos qui illustrent la semaine que je viens de passer.


+ le dimanche, puisque que c'est un peu pourri, j'ai envie de mettre une photo lambda (que je n'ai pas prise).
Il s'agit de SIR Justin Vernon qui est le groupe Bon Iver, meilleure musique de la Terre entière. Et j'ai juste écouté leurs chansons depuis le début du mois de novembre (2011 hahahaha) alors je ne pouvais pas passer à côté... <3


Bon dimanche :)

jeudi 20 novembre 2014

liebster award 2014 (tag #1)

Je suis ravie et honorée d'avoir été taguée par ma nouvelle copine outre Atlantique, j'ai nommé Karine du blog Rose & Bum :)

Le concept de ce tag est de faire découvrir de nouveaux blogs (il faut avoir moins de 200 abonnés sur HelloCoton) ainsi que de mieux connaître leurs propriétaires.
Il faut dire 11 choses sur soi, ensuite répondre aux 11 questions posées par celui qui nous a tagué, et ensuite poser à notre tour 11 questions aux personnes qu'on souhaite taguer. C'est parti!


11 choses sur moi
• je travaille en tant qu'animatrice dans un centre aéré
• je suis tatouée (peut-être que je t'en parlerai un jour d'ailleurs, mais seulement si ça t'intéresse)
• j'aime lire depuis toute petite, je me souviens avoir lu très jeune (d'ailleurs j'étais la meilleure en dictée grâce à ça hihihihi)
• j'ai fait de la danse pendant 12 ans donc ça a occupé la majeure partie de ma vie, mais j'ai aujourd'hui arrêté
• je suis une fan de tisanes/infusions, j'en bois 2 ou 3 par jour!
• j'écoute de la musique en permanence et je balade mon iPod de partout: dans la voiture, en ville, du matin au soir... je pense que si mon iPod me lâche je pleure, pour de vrai
• j'adore envoyer des lettres et j'ai même des correspondants étrangers que j'ai trouvé via un Tumblr. Cela fait un an que je correspond avec une australienne et un américain et c'est trop chouette :)
• j'ai eu l'immense chance de parcourir les USA pendant 3 semaines en été 2013, et c'était le plus beau voyage de ma vie, il ne se passe pas un jour sans que j'y pense
• je pense que si un jour je devais me convertir à une religion, ça serait le bouddhisme. J'adore leur façon de voir les choses
• j'adore dormir en soi mais j'ai beaucoup de mal à ça... je trouve difficilement le sommeil. Même lorsque j'étais petite j'avais dit une fois à ma mère que dormir était une perte de temps.. Je préfère être active le soir/la nuit :)
• je prend des photos/vidéos de plein de choses, tout le temps. De moments lambdas ou spéciaux. J'aime bien l'idée de marquer l'instant, je pense que si je ne le fais pas, j'aurai peur d'oublier ces moments

Les 11 réponses aux questions posées par Rose et Bum
•  qu'est ce qui t'a fait commencer à blogger?
Je tiens un carnet depuis 4/5 ans dans lequel j'écris à chaque fois que j'ai envie de dire des trucs. Et je ne sais pas pourquoi, ces choses là, j'ai eu la soudaine envie de les partager (certaines du moins). Du coup je me suis dit qu'il y avait peut-être des gens qui pensaient comme moi (oui dieu merci il y en a!). Et puis j'aime découvrir de nouvelles choses et les faire découvrir, ou bien parler de films/livres que j'ai bien aimé. Un joyeux bordel quoi.

• thé ou café?
Ca dépend l'heure! Honnêtement j'aime les deux, mais je bois plus souvent des cafés (+clope) en terrasse que des thés :p le thé je le réserve pour chez moi.

• si tu avais une chose à faire avant de mourir, ce serait?
Dire tout ce que je n'ai jamais osé... Eh toi là, j'ai jamais pu te piffrer, et toi j'étais in love au lycée... ce genre de choses je pense.

• quel a été le moment le plus embarrassant de ta vie?
Les quelques fois où mon père est un peu trop "ours" (je me comprends) et n'est pas très poli/avenant aux caisses ou au resto. Ca me mets vraiment VRAIMENT mal à l'aise et j'ai envie de fondre sous terre.

• ton meilleur souvenir?
Je ne pourrai en choisir qu'un seul! J'ai passé le meilleur été de ma vie, j'ai vécu des choses nouvelles et incroyables, j'ai quasiment passé 24/7 avec mes amis et tous nos moments sont mes meilleurs souvenirs. C'était vraiment trop génial.

• vin ou bière?
Je n'aime que le rosé (#filledusud) alors je dirai plutôt bière!

• combien d'heures de sommeil as-tu besoin?
En théorie beaucoup car je me sens plus en forme lorsque je dors 8/9h, mais au quotidien je dors plutôt 5/6/7h par nuit.

• quelle partie de ton corps préfères-tu?
J'aime bien mes cheveux, je ne sais pas si ça compte... alors je vais dire ma nuque/mes épaules (c'est bizarre mais j'ai passé en revue tous les autres éléments de mon corps et y a que ça que j'aime bien).

• qu'est-ce qui te fait rire à tous les coups?
La série New Girl! Ou un coup de fil à mes amis, n'importe lequel, ils sont géniaux. C'est des fous rires assurés.


• ta chanson préférée?

La question impossible! Sérieusement je n'en ai pas qu'une... J'en ai des milliers... J'adore "All Flowers in Time" de (SIR) Jeff Buckley et aussi absolument toutes les chansons de Bon Iver. Vraiment je ne pourrais pas répondre, y en a des tas d'autres.

• comment trouves-tu ton expérience blogging?
Pour l'instant c'est génial! Je "rencontre" des tas de gens qui sont comme moi. Ca fait du bien là ou ça fait mal. <3

Les 11 questions que je pose à ceux que je nomine
• cite un film ou un livre qui a changé ta vie
• cite 5 personnes célèbres (vivantes ou mortes) que tu inviterais à un dîner
• tu préfères la campagne ou la ville?
• le dernier livre que tu as lu?
• cite une couleur qui te décrit
• dans quelle capitale tu aimerais vivre?
• la dernière chanson que tu as écouté?
• si tu avais un super-pouvoir?
• si tu pouvais épouser quelqu'un de célèbre?
• si tu pouvais vivre dans une époque particulière, qu'elle serait-elle?
• quelle est la chose dont tu es la plus fière?


Mes nominés sont...

ne me lance pas de pierres, mais personne! toutes les personnes que j'aurai voulu nominé ont malheureusement déjà été nominée! bouhouhou! Mais si tu veux faire ce tag, qui que tu sois, je t'en prie, et fais le moi savoir :)

mardi 18 novembre 2014

le flou

A l'heure où je t'écris ces lignes, je vois flou. Je vois flou parce que ça fait environ 20 minutes que je pleure et que j'arrive pas à stopper ça. Et je vois aussi flou parce que ma vie est juste... je sais pas, j'ai pas de mots. Je dirais pas qu'elle est nulle. Je dirais que c'est moi qui le suis, je sais pas, mes gènes, mon cerveau, mes cellules sont pas adaptées à la vie.

Dans l'article précédent, je te disais que je faisais des études par correspondance. Enfin, c'est un bien grand mot. Comme je te le laissais sous-entendre, c'est plus un alibi qu'une voie d'avenir. Je me cache sous cette appellation, en quelque sorte. Personne ne viendra vérifier que je bosse mes cours tous les jours. Mes parents ont jamais été trop derrière moi pour les études. Les partiels? Boarf, je m'arrangerai pour faire semblant d'être aux premiers. Mais c'est surtout un alibi pour les autres, ceux qui comprennent pas la situation que j'ai eu les deux années passées, et ceux pour qui la vie réussie plutôt - du moins ils n'ont pas de problèmes avec leur avenir. Parce que c'est bien ça le problème chez moi, c'est l'avenir. Et tu me diras, oui, effectivement, c'est con. Parce qu'on ne peut qu'avancer dans l'avenir, jusqu'à preuve du contraire, la machine à remonter le temps n'a pas été inventée (parce que dans ce cas-là, crois moi que je l'aurai utilisé depuis longtemps).

J'en suis donc rendue là : je fais des études sans en faire. Voilà. Bon. Soit. Je me passe volontiers de ton discours moralisateur que tu pourrais avoir, du genre "mais tu ne te rends pas compte de la chance que c'est de pouvoir faire des études blablabla". Si je sais, je connais la situation des petites filles dans certains villages africains, mais désolée, j'arrive pas à me faire à cette "vie".

Mais la question est : que faire, alors ? Travailler, d'accord, je veux bien. D'ailleurs en ce moment je me renseigne pour bosser dans un cinéma (oui je dis en ce moment car je change d'avis tout le temps, ça fait partie des particularités plutôt cools de ma (mes) personnalité(s)). Mais j'ai aussi envie de partir. Partir oui, mais où? Avec qui? Seule? Mais avec quel argent? Et faire quoi? J'en ai marre de me lever, tous les jours, et de me dire que je vais rester chez moi à rien faire. Marre d'entendre ma mère qui écoute la radio, qui passe l'aspirateur, qui me crie de venir manger. Je suis fatiguée.

Je me suis déjà imaginée, moi, attendre jusqu'à septembre prochain (parce que je veux passer l'été avec mes amis quand même), sans rien dire à personne. PERSONNE. Préparer mes petits billets d'avions, ma grosse valise, la glisser en secret dans la voiture, et partir. Et arrivée à l'aéroport, laisser un message sur Facebook, du genre "je suis partie mais je n'ai rien dit à personne par peur d'être jugée blablabla" (oui c'est assez dramatique je te l'admets). Et voilà. Juste partir (et revenir plus tard (sans doutes)).

Enfin... Comme tu vois, c'est aussi le flou dans cet article aussi; si on peut appeler ça un article. Mais j'ai l'impression de vivre un véritable enfer depuis 3 ans maintenant, alors qu'a priori, je devrais être heureuse; sauf côté études (bon je suis seule aussi, et je m'aime pas vraiment. Ca fait beaucoup de problèmes non?) Est-ce que c'est ça qu'on appelle la dépression?



Dis moi toi, tu as déjà été dans mon cas? Aide-moi, je ne sais pas quoi faire.


vendredi 14 novembre 2014

les études par correspondance

Alors, pour te résumer un peu le parcours chaotique de ma scolarité.
Tout avait super bien commencé, tellement que j'ai sauté une classe à l'école primaire. Psychologiquement je l'ai un peu mal vécu ("oh l'intello" blablabla et autres méchancetés que se lancent les gamins) mais je me suis vite fait des amis. J'ai passé mon collège et mon lycée sans encombres, j'ai obtenu mon bac avec mention en été 2012.

Puis vient le temps des "études sup". Cette finalité qu'on attend avec impatience tant la vie au lycée nous paraît trop nulle. Il y a ceux qui savent, ou du moins qui croient savoir : leur vie, c'est le marketing, le commerce, la com', la pub'. Il y a ceux qui tâtonnent, qui ne savent pas trop, qui se dirigent vers une fac de droit ou de langue en espérant y trouver leur vocation.

Puis il y a moi, assoiffée de découvertes, mais même pas majeur, pourtant prête à faire le grand saut dans la vie étudiante. Je décide de partir en Histoire de l'Art, à la fac d'Aix en Provence (je suis de Toulon à la base) sans trop y réfléchir. Sans y réfléchir du tout même. C'est juste l'intitulé qui m'inspirait le plus lors de la journée portes ouvertes (quelle idiote). Je m'installe dans mon micro-studio de 12 m2 à Aix. Waouh, c'est chouette dis donc. Je mange quand je veux, je fume sans me cacher, je fais ma petite vie. Par contre les cours, c'est pas ça du tout. Et je suis tout de même très seule. Résultat, en novembre: retour à Toulon, chez Papa et Maman.

S'en suit une grosse déprime, une jolie dépression. Mes troubles alimentaires reviennent, je perds 6 kilos, comme ça. Je vais voir le médecin qui me met sous traitement homéopathique, super.
J'essaye donc de survivre tant bien que mal, j'attends que le temps s'écoule. Je travaille, je fais de la danse.

Rentrée 2013 : c'est décidé, je pars en fac de danse à Nice. Cette fois, c'est tout bien réfléchi, et puis la danse, vraiment, c'est tout ce que je sais faire. Alors avanti, je me dis. Appart' sympa, je prend un chaton pour pas me sentir seule, j'habite à 2 pas de la fac (littéralement). Tous les cours ne me plaisent pas, m'enfin, je me dis que c'est la vie, qu'on fait pas toujours ce dont on a envie. Ambiance en cours pas mal, les filles (et oui classe de danse je te rappelle) sont sympas, quoi qu'un peu pestes parfois, un peu vantardes pour certaines.
Tout se passe bien jusqu'aux premiers partiels. Je les passe, avec succès, bien que j'aie séché pas mal de cours (j'ai eu mon premier semestre youpi j'ai au moins réussi une fois dans ma vie). Et puis tout retombe, je sais pas, les sales pensées reviennent, la petite voix dans ma tête aussi : "pourquoi tu fais tout ça, en fait?" me dit-elle. Oui c'est vrai ça? Je sais toujours pas ce que je veux faire. Prof de danse? Non merci, j'en ai jamais eu envie. Cette guerre dans ma tête s'est empirée, la petite voix prenant le dessus sur ma raison. Je passais mes journées/soirées à pleurer, j'ai fumé comme un pompier, je passais des jours entier sans sortir de chez moi. Et la dépression est revenue se nicher dans ma vie, sans prévenir.

Février 2014, non sans encombres, non sans conflits avec mes parents qui ne me comprenaient pas : retour chez Papa et Maman. Pour la seconde fois.

Le moral n'était déjà pas au beau fixe, alors quand on m'a reposé la question "quoi mais t'es ENCORE arrêté?" - "oui, voilà" - "mais pourquoi? je pensais que ça te plaisais?". Oui c'est vrai que je disais ça à tout le monde, mais plus je le disais, plus ça m'en persuadait. Je me suis rendue compte que je me mentais à moi-même. Je faisais semblant. Alors je peux te dire que, la rentrée 2014 approchant, je faisais pas la fière. Cet été on me demandait ce que j'allais faire l'année prochaine, je répondais que je ne savais pas.

Histoire de faire quelque chose sans risquer de refaire comme les autres années, cette année, je tente les études par correspondance. Je fais donc une licence de sociologie à distance. Les cours sont sympas, on verra aux partiels si ma manière de travailler est la bonne. Mais je sais toujours pas ce que je veux faire. Ca me laisse un peu d'avance, ça fait croire à tout le monde que je suis normale et j'ai enfin une réponse à la question "tu fais quoi sinon, dans la vie?".



Ces années de retard ont fait que la plupart de mes amis ont terminé ou presque leurs BTS ou leurs études. Ils ont un avenir, tracé ou pas, ils ont un filet pour les rattraper. Moi je n'ai rien. J'ai même l'impression d'être prise au piège et que c'en ai finit de la vie pour moi, que j'ai tout gâché.

Et toi, ton parcours scolaire ?

lundi 10 novembre 2014

good films make your life better

Je ne te l'ai pas encore dit, parce qu'on se connaît à peine. Mais j'ai un carnet, une sorte de journal intime, dans lequel j'écris quand j'en ressens l'envie. Et ce depuis (très exactement) le 18 avril 2010. J'avais 15 ans! Et je continue d'écrire à l'intérieur, c'est fou.

Je parle de choses pas très drôles, la plupart du temps j'ai utilisé et j'utilise ce carnet comme un exutoire pour mon mal-être. Je ne sais pas si un jour je te ferai partager mes pensées les plus sombres! Parce que j'en ai, crois-moi, elles sont même très bien cachées.

Je relis ce fameux carnet très souvent, et j'avais envie de te faire partager une page que j'ai écrite sur le cinéma...


"Est-ce que je t'ai déjà parlé de ma passion pour le cinéma? J'ai l'impression que peu de personnes peuvent comprendre. Genre, il y a les films qu'on regarde entre potes, parce que le truc est drôle ou parce que l'acteur est canon. Ce genre de films légers, souvent comiques, qu'on regarde sans se prendre la tête.

Et puis il y a les films qui te marquent. L'esprit, le coeur, le cerveau, les sens. Certains laissent une trace indélébile en toi. Certains te changent, te façonnent, te construisent. Ces films dont les images, l'atmosphère, la lumière, la musique restent en toi. Ils sont rares mais putain qu'ils sont beaux. Le cinéma fait partie de ces arts (comme la musique, selon moi, ils vont de pairs) qui sont capables de changer la vision de ton monde, de mettre un filtre coloré sur tes yeux. Tout est possible dans le cinéma, toutes les histoires peuvent être racontées. Et si tu as l'impression d'avoir vécue l'histoire que tu viens de voir, alors je suppose que la magie a fonctionné. C'est incroyable de se dire qu'au-delà de l'image que tu vois sur l'écran, il y a des dizaines de techniciens, des acteurs, des câbles, des caméras, des décors en carton. C'est magique. Les gens du cinéma sont des magiciens. Ils arrivent à donner, à apporter quelque chose à ta vie; et après ils rentrent chez eux, comme si tout était normal.

Les films rendent la vie meilleure. La force qu'exerce sur moi cet art est indescriptible. Je pourrais pleurer rien que pour un plan où la lumière est touchante. Je ne sais pas ce que je ferai sans tout ça."

Petit aperçu, de ce que j'ai pu trouver sur internet, des films qui m'ont touché et marqué (liste non exhaustive et très incomplète!). Si tu arrives à les reconnaître, alors je pense qu'on peut être amis. :)















samedi 8 novembre 2014

et toi, tu veux faire quoi plus tard?

Quand on me pose cette question, je repense tout le temps à ce que j'ai pu répondre lorsque j'étais petite: "princesse", "océanographe", "ballerine", "maîtresse d'école". Et quand on le disait, ça paraissait plutôt simple à atteindre, mais c'est normal, on avait même pas 10 ans.

10 ans plus tard, lorsqu'on me pose cette question, la honte m'envahit : non, je ne sais pas ce que je veux faire. Oui j'entame ma 3ème année d'études post bac, dans le flou (comme d'habitude), non je sais pas si j'irai au bout, mais oui j'espère aussi. Juste pour être comme tout le monde, pour essayer de me fondre dans la masse, et ne plus partir en courant lorsqu'on me demande ce que je fais dans la vie.

Je trouve ça assez triste de pas avoir de vrais projets à mon âge. Alors si, bien sur, mes rêves à moi sont dignes d'une vagabonde: je veux voyager, je veux prendre en photo le plus de coucher/lever de soleil possibles, je veux dormir dans une cabane en Alaska, je veux boire des bières sur la route 66, je veux faire du surf en Australie... tout ça accompagnée d'un chéri, ou à défaut d'en avoir un, d'un chien. Quand on me demande ce que j'aimerai faire de ma vie et que je réponds ça, j'ai le droit à un "non mais, pour de vrai, tu veux faire quoi?" - "ah, euh, bein, j'sais pas"

Je sais que ma vision de ma vie est peut-être utopiste et irréaliste, c'est même certain. Mais moi je me vois pas ingénieure en je ne sais pas quoi, cadre de je ne sais quelle entreprise (au grand damne de mes parents). Je me vois pas, par exemple, en train de me préparer pour mon mariage. Je me vois pas faire pipi sur un test de grossesse. Je me vois pas en vie de famille. J'ai pas envie de trimer pendant des mois pour économiser 2000€ et offrir à ma petite famille un séjour à Center Park.

Je sais que l'argent est le noyau de la société actuelle, que c'est de plus en plus difficile d'en gagner, et que ça devient la première chose à laquelle on pense quand on prévoit des trucs; "on se fait un ciné?" - "je sais pas, c'est combien"; et moi je trouve ça triste. Se prendre la tête pour des bouts de papiers, clairement, ça me fait chier. Alors je sais pas à quoi ressemblerait la société sans argent, mais tout serait différent.

Je choque peut-être par mes propos, tu vas peut-être penser que je suis égoïste, immature, inconsciente, dans mon monde. Oui, peut-être que tu as raison. Mais c'est l'idée que je me fais de la vie. Et plus j'avance, plus cette idée s'éloigne; donc plus j'avance, plus j'ai l'impression de m'enfoncer.

Et toi? Qu'est ce que t'en pense de tout ça?

vendredi 7 novembre 2014

cool kids never die

déjà, ne me demandez pas pourquoi ce titre, "cool kids never die". Peut être parce que j'aime bien cette citation, tout simplement, si on peut appeler ça une citation (non la vérité c'est que j'ai voulu appeler mon blog comme ça mais l'adresse était déjà prise grmbl).

je ne sais pas pourquoi j'ai crée un blog, sans doute pour couvrir une soif d'écrire et de m'exprimer. Je n'ai pas encore trouvé LA personne à qui je peux tout dire, tout, sans honte ni peur d'être jugée, alors si je peux me servir des nouvelles technologies et de ce qu'on appelle internet pour le faire, alors tant mieux (et puis je vais pouvoir ajouter des jolies images)

j'écris pour moi, mais si ça plaît, alors tant mieux, et faîtes le moi savoir, ça serait trop gentil.

ah oui, et j'écris en m'exprimant à quelqu'un. Mais comme "vous" me fait un peu peur, je vais te tutoyer, si ça ne te dérange pas.